Neuf ans après une prestation magistrale, le Christ Pourrissant revient ensorceler le vignoble au grand dam des détracteurs du festival qui semblent toujours particulièrement réactifs à l’évocation de son délicieux sobriquet. Au programme de cette bien excitante messe hellène, point d’hosties fadasses ou de Saint-Suaire aux traces douteuses. Mais l’expression magnifiée d’une œuvre riche, profonde et ténébreuse célébrant le Malin.