C’est avec le doigt levé bien haut et le glaviot généreux que les vétérans natifs de la Nouvelle Orléans saluent l’adversité ainsi que toute forme d’autorité et de corporatisme. Confrontés à moult galères (pas de pognon, addictions sévères et diverses, santé en déliquescence, catastrophes naturelles…), ils sont toujours là, le sourire narquois, armés d’un sludge enfumé, calorique, cradingue et frelaté. Welcome to the Bayou !