Sacrée bestiole que celle incarnée par la formation virginienne… Une race clairement à part, et à bien des égards. Capable d’écraser l’auditoire à grands coups de doom pachydermique, elle peut tout aussi bien le saisir à la gorge avec un sludge aride ou le faire léviter avec des interludes lumineux et blackisants. Au-delà de développer une musique d’une richesse infinie, INTER ARMA propose une expérience sensorielle mémorable.