La présence de guitar heroes à l’affiche n’est clairement pas un des marqueurs du festival. Toutefois, quand l’opportunité d’intégrer à la programmation un des plus grands maestros du genre se présente, il faudrait être fou pour la décliner. Après Joe Satriani en 2016, c’est le monstrueux Steve Vai qui vient électriser les foules et mettre en lumière sa dextérité écœurante mais aussi sa soif de recherche permanente. La classe !